Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Un an après, me voici de retour au Vigan pour la première édition de l'Ultra Trail du Bout du Cirque. Il s'agit en vérité d'un prétexte plutôt sympathique pour mettre les pieds au Cirque de Navacelles. N'y être jamais allé est impardonnable pour un Montpelliérain d'origine, je le confesse... et le corrige de ce pas !

Cette escapade est d'abord l'occasion de retrouver des visages connus. Pour les retrouvailles, je citerais Jean-Paul et Joël, jeunes retraités savoyards en pleine forme, Benjamin, qui me doublera après Aulas et finira sur la première marche du 58 km au terme d'une belle course poursuite, Christophe, arrivé fatigué mais qui trouvera les ressources de faire une belle course...

Pour les rencontres il y en eu au fil du chemin, Benoît en premier lieu, qui me covoiture gentiment depuis Montpellier et m'éclaire sur le parcours de la course en coureur averti, David et sa ravitailleuse de choc, Rafion et sa foulée efficace, Nathalie avec qui j'ai fait un kilomètre pour comprendre le rythme de la première féminine, et toutes celles et ceux avec qui j'ai pu échanger, tranpirer et plaisanter, sur la course et autour !

Ultra Trail du Bout du Cirque 100 kmUltra Trail du Bout du Cirque 100 kmUltra Trail du Bout du Cirque 100 km

Mais revenons à nos moutons, ou plutôt à nos brebis puisque je suis au pays des causses ! 4h du matin, c'est certes un peu raide pour se mettre en train, mais j'ai réussi à dormir durant la nuit précédente, chose assez rare. La navette conduit les 80 coureurs à Bez-et-Esparon pour prendre le départ. Pleine lune et ciel étoilé, demandez le programme !

Ce matin, c'est une première boucle de 50 km au sud du Vigan. Elle est composée de deux bosses plutôt faciles et de beaux monotraces et chemins roulants. Quelle magie de franchir la résurgence de la Vis à la lumière de la frontale dans un vacarme assourdissant. Et quel spectacle encore plus grandiose que de gagner le Cirque au lever du jour pour le voir s'illuminer progressivement. S'il faut retenir un instant de grâce dans cette journée, c'est bien ici ! Le parcours du causse sur le GR7 est également plaisant avec de belles lumières dans la végétation rase. Vient alors la descente jusqu'au Vigan, avec un arrêt prolongé pour refaire les niveaux (soupe,, fromage, fruits). Il est 10h, je repars. 31ème.

Ultra Trail du Bout du Cirque 100 kmUltra Trail du Bout du Cirque 100 kmUltra Trail du Bout du Cirque 100 km

La seconde boucle de la journée se fait au nord du Vigan cette fois, côté Cévennes donc. Le décor est radicalement différent : des forêts de chataigners, du dénivelé en veux-tu en voilà, et des chemins bien techniques. C'est toujours une joie de parcourir seul ces immensités pendant des kilomètres, et vu le nombre de coureurs c'est bien le cas. Mais c'est aussi un plaisir de faire des rencontres qu'on se rassure, je ne finirai pas ermite (enfin je ne crois pas !).

La Rouviérette, col de Peyrefiche, Mandagout puis finalement Aulas. La fatigue commence à se faire sentir sous ce beau soleil et ce grand ciel bleu. Mais je sais que la portion la plus ardue est devant moi, alors bonne pause au ravitaillement. Km 75.

Ultra Trail du Bout du Cirque 100 kmUltra Trail du Bout du Cirque 100 kmUltra Trail du Bout du Cirque 100 km

Il faut gérer l'énergie qu'il me reste, je m'y applique. Mais plus rien ne passe malheureusement côté alimentation, rien à part la compote ce qui ne suffit pas j'en ai  plein conscience. Je m'accroche pour gravir le 500 m D+ du col des Mourèzes. Multiples haltes. Et ca repart. Je marche beaucoup, dans la montée, sur les crêtes, et dans la descente sur Bez-et-Esparon. Merci Jean-Paul et David qui m'avez tracté jusqu'ici, et bien heureux de retrouver Karine et Eloïse dont les encouragements résonnent encore du haut du pont. Compote, yahourt, soda, je me lance dans les 13 derniers kilomètres. Je vais au bout, sans aucun doute - et sans aucune force non plus !

Ultra Trail du Bout du Cirque 100 kmUltra Trail du Bout du Cirque 100 kmUltra Trail du Bout du Cirque 100 km

Esparon au terme d'une montée regulière, Molières-Cavaillac en bas de la descente. C'est le second souffle, et heureusement pas le dernier. Je finis en trottinant et en manquant de me perdre dans le noir. Lucidité quand tu n'es plus là... 16h50min de course, 103 km et 3933 m D+ au compteur, je franchis l'arche d'arrivée au Vigan en 46ème position. Heureux malgré l'hypothermie et la sous-alimentation, mais n'ayant à aucun moment douté du succès de la balade.

Organisation au top (pasta party la veille, repas d'arrivée, dotation, balisage), gentillesse des bénévoles, format à taille humaine, attrait des lieux ... Et si vous aussi vous veniez au Vigan pour une visite sportive ?

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :