Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Si je ne raisonne pas en « saisons » de trail, c’est assurément parce que le résultat sportif passe toujours après le plaisir d’arpenter les chemins. Quand je parle de saisons, ce sont en réalité des saisons de passage, ces transitions savoureuses qui marquent l’existence, les paysages et les ressentis : l’éternelle boucle menant de l’été à l’automne, puis à l’hiver et au printemps… Ce Paris by Night n’est donc pas la première course de la saison 2018, mais plutôt un moyen de faire un point sérieux sur mon état physique, quelque peu branlant ces derniers temps. Pourquoi donc me direz-vous ? Primo les agapes des fêtes ont fait leur petit effet, ma gourmandise n’étant plus un secret pour nombre d’entre vous. Secondo voici deux semaines que je traîne un mal de dos aigüe qui me joue des tours parfois à en crier. Nous sommes le samedi 6 janvier, c’est donc parti pour une virée parisienne !

1. L'affiche, 2. La Pyramide du Louvre, 3. Du pont Alexandre III1. L'affiche, 2. La Pyramide du Louvre, 3. Du pont Alexandre III1. L'affiche, 2. La Pyramide du Louvre, 3. Du pont Alexandre III

1. L'affiche, 2. La Pyramide du Louvre, 3. Du pont Alexandre III

Le concept du Paris by Night

Il s’agit d’une course off, en autonomie et sans assistance, bref un petit jog comme on pourrait le faire le dimanche matin, sauf qu’ici il va durer 85 km. Pour cela, le grand et sympathique Guillaume Arthus est notre GO du jour (grand baroudeur faut-il le rappeler : Barkley, traversée des Pyrénées au autonomie, Ultra Trail de Montmartre, etc…). Il y a trois mois, il a sélectionné 40 coureurs pour participer à ce off. Feuille de route simplissime : samedi soir 22h, départ de l’Arche de la Défense. Dimanche matin autour de 8h, arrivée en haut du Mont Valérien. Entre les deux, on suit le guide et on court ensemble ! A noter la possibilité de ne faire que certains tronçons aidé d'heures de rendez-vous estimatives.

 

Le parcours

La promesse est de voir 100 monuments ou points d’intérêt tout au long de la nuit. Pari tenu. Je viens toujours à Paris avec mes yeux d’enfant… La Défense, le bois de Boulogne, les Champs-Elysées, le Grand Palais, les Invalides, la tour Saint-Jacques, le Panthéon, le Louvre, la place Vendôme, Pigalle et le Moulin Rouge, le Sacré-Cœur, Beaubourg, le canal St-Martin et celui de l’Ourcq, le Père Lachaise, le Château de Vincennes… la liste est très longue et complète, vous vous en doutez. Et puis la nuit, ça a du charme. Le morceau de bravoure, traverser tous les ponts intra-muros pour finir en haut du mont Valérien. Et pas une rubalise à l’horizon !

1. Pause à la Concorde, 2. Le Moulin Rouge, 3. Les marches de Montmartre1. Pause à la Concorde, 2. Le Moulin Rouge, 3. Les marches de Montmartre1. Pause à la Concorde, 2. Le Moulin Rouge, 3. Les marches de Montmartre

1. Pause à la Concorde, 2. Le Moulin Rouge, 3. Les marches de Montmartre

L’organisation

Venir à Paris et gagner le rendez-vous de départ, c’est quand même hyper facile côté logistique : train, puis RER ou métro. Cette année pour l’occasion, Martin nous a même rejoint de Leeds. Sur cette seconde édition, plusieurs ravitaillements inopinés sont mis en place pour faire l’appoint d’eau et manger quelques gourmandises. On trinque même à la bière avec Benjamin devant Beaubourg, mémorable ! Il faut bien sûr prévoir quelques provisions pour tenir le choc. Pour ma part, mention spéciale au nougat et au sandwich pain noir jambon fromage. Sur les 40 premiers kilomètres, notre sympathique suiveur vélo fait du gymkhana entre automobiles et piétons et se souvient finalement où on s’est déjà rencontré… en Lozère en juin dernier, quelle mémoire en quel physionomiste.

 

Les copains

La liste est longue, les palmarès individuels impressionnants : Guillaume, Nicolas, Benjamin, Martin, monsieur Casquette Verte, Apostolos, Ludovic, Quentin, Anthony… L’ambiance était vraiment sympathique, le groupe homogène malgré les défections progressives dans la seconde moitié de nuit. Un vrai plaisir qui porte vers l’avant, toujours.

1. Ravitaillement à Beaubourg, 2 Micro-sieste à la Philarmonie, 3. Notre-Dame silencieuse1. Ravitaillement à Beaubourg, 2 Micro-sieste à la Philarmonie, 3. Notre-Dame silencieuse1. Ravitaillement à Beaubourg, 2 Micro-sieste à la Philarmonie, 3. Notre-Dame silencieuse

1. Ravitaillement à Beaubourg, 2 Micro-sieste à la Philarmonie, 3. Notre-Dame silencieuse

Le challenge

Pour le groupe de coureurs clairement orientés trail, le challenge c'est clairement le bitume, bien avant la distance. Et bien croyez-moi ou pas, ça passe très bien sans la pression du chrono. Aucun bobo à condition de prêter attention à sa posture de course pour favoriser les appuis avant et médio pied, faire travailler les muscles plutôt que les articulations. Je ne fais pourtant pas partie des poids légers du peloton. Au final il y aura 4 finishers de l’intégrale 85km, car mon train matinal à Montparnasse m’oblige à quitter le groupe vers 6h30. 70 km tout-de-même, une belle balade sous un temps certes un peu humide mais bien agréable.

1. Sur le chemin, 2. Le parcours, 3. Arrêt buffet avant le train1. Sur le chemin, 2. Le parcours, 3. Arrêt buffet avant le train1. Sur le chemin, 2. Le parcours, 3. Arrêt buffet avant le train

1. Sur le chemin, 2. Le parcours, 3. Arrêt buffet avant le train

En guise de conclusion sur ce Paris by Night

Une belle promenade où on en prend plein les mirettes

Une entame d’année pour voir où on en est au lendemain des fêtes

Un groupe vraiment sympathique (vous êtes des champions les amis)

Des tas de flashs amusants et décalés, comme ce dandy qui a couru à mes côtés, en retard pour aller danser chez Maxim's

 

A noter la création d’une édition estivale à 50 coureurs en août 2018, une autre physionomie bien sûr avec des températures plus clémentes et une nuit bien plus courte. Guettez les inscriptions !

Les joyeux drilles : Nicolas, Guillaume et Ludovic...Les joyeux drilles : Nicolas, Guillaume et Ludovic...Les joyeux drilles : Nicolas, Guillaume et Ludovic...

Les joyeux drilles : Nicolas, Guillaume et Ludovic...

... Benjamin, Apostolos, mister Casquette Verte...... Benjamin, Apostolos, mister Casquette Verte...... Benjamin, Apostolos, mister Casquette Verte...

... Benjamin, Apostolos, mister Casquette Verte...

La tour Eiffel a froid aux pieds
L'Arc de Triomphe est ranimé
Et l'Obélisque est bien dressé
Entre la nuit et la journée

Jacques Lanzmann - Il est cinq heures, Paris s'éveille (1968)

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :