Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Nous sommes en septembre 2017 quand, tranquillement installé dans mon fauteuil préféré, je tombe sur une épreuve fraîchement apparue dans le paysage trailistique hexagonal. Dieu sait si j’aime les premières éditions, parfois imparfaites mais toujours conçues avec grand cœur. Dans un premier temps donc, ma curiosité pour l’étymologie et la toponymie m’oblige à décortiquer le terme : « Ultra » parce que ça s’annonce ultra-bien, ultra-cool, ultra-passionnant. Peut-être aussi parce que ça va être ultra-long, une promesse de beau voyage finalement, mais ça je jugerai sur pièce un peu plus tard. « 01 » parce qu’ici c’est l’Ain, et que cette terre de trail un peu trop méconnue cache de beaux endroits entre vallées et plateaux. J’en avais eu un petit aperçu sur la Grande Traversée du Jura faite en off solo il y a deux ans. Ça aurait pu aussi dire qu’il s’agit de la première édition, mais il n’y aura pas d’incrémentation en 2019 sous peine de délocaliser la course dans l’Aisne. Enfin, si le « XT » sonne un peu finition haut-de-gamme de berline française, il s’agit en réalité des initiales du parrain de l’épreuve, qui a à son palmarès tous les formats des mythiques courses chamoniardes (OCC, CCC, TDS et UTMB) excusez du peu, monsieur Xavier Thévenard. On est dans sa région, il promeut l’évènement et en a réalisé le tracé.

160 km sur l’Ultra 01 XT, une première édition qui a tout d’une grande160 km sur l’Ultra 01 XT, une première édition qui a tout d’une grande160 km sur l’Ultra 01 XT, une première édition qui a tout d’une grande

Revenons donc dans mon confortable fauteuil, où je me dis que cette course doit valeur le coup d’être vécue. Réflexion… action… téléportation ! Nous sommes le vendredi 22 juin lorsque j’arrive à Oyonnax pour retirer le dossard 103 qui m’attend sagement au fond d’une enveloppe. Après une sieste sur le stade de rugby et une douche dans un vestiaire du Top 14, le départ est donné à 18h. Xavier Thévenard emboîte le pas du joyaux cortège sous les commentaires de Patrick Montel.

160 km sur l’Ultra 01 XT, une première édition qui a tout d’une grande160 km sur l’Ultra 01 XT, une première édition qui a tout d’une grande160 km sur l’Ultra 01 XT, une première édition qui a tout d’une grande

Le tracé

Premier constat : le tracé est unique quelle que soit la formule. Ainsi les solos côtoient les relayeurs sur une bonne centaine de kilomètres. La logistique de l’organisation en est ainsi facilitée. Dans ce tracé concocté par mister Thévenard, les points d’intérêts sont nombreux. C’est assez étonnant, et du coup on ne s’ennuie pas même pendant la nuit : ville de Nantua illuminée, passage dans les tunnels d’une voie de chemin de fer qui n’a jamais vu le jour, éclairs zébrant le ciel côté suisse... Côté moyenne montagne, ce sont vraiment des paysages que j’affectionne et je peux dire que j’ai été servi. Ça commence fort avec la première montée d’Oyonnax, puis celle des Monts d’Ain à Nantua, ça se calme ensuite avec de très beaux passages sur le plateau du Retord. Gentianes, vaches, chalets, Mont Blanc, mer-veill-leux ! Il faut ensuite garder des jambes pour dévaler vers l’arrivée en goûtant à la sérénité du lac Genin. A noter, les ravitaillements solides sont parfois distants (jusqu’à 38 km) mais bien dans l’esprit trail finalement. Les points d’eau intermédiaire sont toujours présents.

160 km sur l’Ultra 01 XT, une première édition qui a tout d’une grande160 km sur l’Ultra 01 XT, une première édition qui a tout d’une grande160 km sur l’Ultra 01 XT, une première édition qui a tout d’une grande

L’ambiance

C’est ici l’un des gros points forts de l’épreuve : l’ambiance est conviviale et même décomplexée, ce qui est assez rare sur un ultra il faut bien le dire. Pas de matériel obligatoire (confiance entière aux coureurs pour évaluer leurs propres besoins), assistance autorisée sur le parcours, pacers bienvenus… Une véritable marque de fabrique qui différencie l’Ultra 01 des autres courses du même format. Même au départ c’est bon enfant. Le fait que tout le monde s’élance en même temps participe sûrement à lever les appréhensions. Ainsi, solos, relayeurs et pacers sont mêlés dans dans un joyeux cortège. Et du fait des relais 2, 3 , 4, 5, 6 voire 8 pour les juniors, tout le monde peut participer. J’ai croisé par exemple des relayeurs qui n’avaient jamais couru la nuit, d’autres jamais sur les plateaux dans les gentianes… Bref, les deux mots « convivialité » et « accessibilité » résument bien la coloration de l’évènement.

160 km sur l’Ultra 01 XT, une première édition qui a tout d’une grande160 km sur l’Ultra 01 XT, une première édition qui a tout d’une grande160 km sur l’Ultra 01 XT, une première édition qui a tout d’une grande

La difficulté

La philosophie de la course, c’est de ne pas tomber dans la surenchère technique, de proposer un parcours accessible au plus grand nombre sans faire de compromis sur l’intérêt du tracé. Pari réussi ! Evidemment un ultra reste un ultra et il vaut mieux éviter d’arriver la fleur au fusil, sous peine que le rappel soit un brin désagréable. Cependant, l’équilibre est finement dosé entre les portions roulantes et celles plus ardues, les monotraces et les chemins plus larges. Bref le trailer trouve toujours un peu de répit pour se refaire la cerise et poursuivre le voyage. L’heure de départ à 18 heures est bien choisie car elle permet d’attaquer la première nuit avec de la fraîcheur mentale, voire d’éviter la seconde pour la quasi-totalité des relayeurs et les solos les plus véloces. S’il y a quelques liaisons bitumées, elles ne sont pas trop longues et toujours sur de très petites routes quasiment désertes. Et quelques surprises piquantes jonchent le parcours, comme la montée de la piste de ski après la base de vie ou le kilomètre vertical après Nantua. Bref, cet ultra est certes sportif mais laisse largement la place à la visite : combien d’autres ultras très engagés techniquement privent le trailer d’une partie de son plaisir ? Certains coureurs voyagent même très légers du fait d’une assistance omniprésente. Je trouve toute cette approche intéressante, tirant un peu sur le off du moins dans l’esprit.

160 km sur l’Ultra 01 XT, une première édition qui a tout d’une grande160 km sur l’Ultra 01 XT, une première édition qui a tout d’une grande160 km sur l’Ultra 01 XT, une première édition qui a tout d’une grande

Et ma course dans tout ça ?

On apprend toujours de ses erreurs, n’est-ce pas ? La mienne est de ne pas décaler les repas avant le départ : le déjeuner est trop loin, le goûter pas assez consistant. Bref, jusqu’au km 70 c’est épique même si je profite de chaque instant nocturne. Je sais qu’il faut que j’arrive patiemment à la base de vie des Plans d’Hotonnes au km 85 pour retrouver des couleurs : nouvelle tenue, sieste de 45 min, entrée de nuit et sortie au petit jour (brrr 5°C en t-shirt ça vivifie)… Et comme prévu, tout est différent ensuite. Un vrai coup de cœur pour toute la partie du plateau du Retord : le Crêt du Nu et ses forêts apaisantes, les alpages baignés de soleil avec le Mont Blanc au sud-est. Vraiment de belles vibrations. Un clin d’oeil à Michel, sympathique coureur polonais avec qui nous papotons pendant une bonne trentaine de kilomètres. Km 115, tous mes voyants sont au vert alors qu’autour de moi ça décline, je prends la poudre d’escampette dans une longue descente. Le panneau « arrivée 40 km » trouvé vers 14 heures me redonne des ailes. Ca tiendra jusqu’à l’arrivée, et de mieux en mieux. Je grignote progressivement une bonne quarantaine de places seul dans ce rythme. Je n’ai finalement pas eu à rallumer ma frontale, un vrai luxe et une surprise tout-de-même. J’aurais bien pris du rab de kilomètres ! Bilan de la course solo 157 partants, 113 arrivants, 51ème en 27h15.

160 km sur l’Ultra 01 XT, une première édition qui a tout d’une grande160 km sur l’Ultra 01 XT, une première édition qui a tout d’une grande160 km sur l’Ultra 01 XT, une première édition qui a tout d’une grande

Si cet ultra n’est pas le plus dur, il n’en reste pas moins un ultra avec ces 28 % d’abandons. Il permet de débuter dans la distance pour les néophytes, et de faire une visite bien sportive pour les habitués. C'est inscrit dans ses gènes et ça élargit la vision qu’on peut avoir d’un ultra. Rien que pour ça - et pour le comté sur les ravitaillements, je le confesse - j’y reviendrai !

160 km sur l’Ultra 01 XT, une première édition qui a tout d’une grande160 km sur l’Ultra 01 XT, une première édition qui a tout d’une grande160 km sur l’Ultra 01 XT, une première édition qui a tout d’une grande
160 km sur l’Ultra 01 XT, une première édition qui a tout d’une grande160 km sur l’Ultra 01 XT, une première édition qui a tout d’une grande160 km sur l’Ultra 01 XT, une première édition qui a tout d’une grande

Bravo les copains…

Thomas pour ta 13ème place (ça sert les recos !), Guillaume et Charly le duo infatigable, Alhassane au finish de feu, Sébastien qui s’est accroché et Johnny leur ravitailleur, Lucie pour m’avoir encouragé au départ, Vincent derrière l'objectif, Alexandre côté organisation, vous toutes et tous que j’ai pu croiser à des heures improbables !

160 km sur l’Ultra 01 XT, une première édition qui a tout d’une grande160 km sur l’Ultra 01 XT, une première édition qui a tout d’une grande160 km sur l’Ultra 01 XT, une première édition qui a tout d’une grande
160 km sur l’Ultra 01 XT, une première édition qui a tout d’une grande160 km sur l’Ultra 01 XT, une première édition qui a tout d’une grande160 km sur l’Ultra 01 XT, une première édition qui a tout d’une grande
160 km sur l’Ultra 01 XT, une première édition qui a tout d’une grande160 km sur l’Ultra 01 XT, une première édition qui a tout d’une grande160 km sur l’Ultra 01 XT, une première édition qui a tout d’une grande
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :