Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

« Voyage avec un âne dans les Cévennes » de Robert Louis Stevenson, tu connais ? C’est pour moi un ouvrage initiatique, le premier récit de trail qui soit, avec tout ce que j’aime à l’intérieur : un cheminement poétique sur des terres chargées d’histoire. Un beau moment de vie en tout cas. On peut se demander pourquoi l’écrivain écossais se retrouva dans les montagnes françaises au début de l’automne 1878. La réponse est double : d’une part pour oublier ses peines de cœur avec sa chère Fanny Osbourne (ce qui s’arrangera par la suite), d’autre part et surtout pour satisfaire sa curiosité historique. Stevenson, accompagné de l’ânesse Modestine, vint découvrir en effet le théâtre de la Guerre des Camisards, cousins pas si lointains des protestants des Highlands.

1878 - 2018
Pour célébrer le 140ème anniversaire de cette aventure, l’association du chemin organise un bel évènement du 22 septembre au 6 octobre : la rando-fête de la caravane des ânes, avec marche à pied évidemment, mais aussi visites, conférences et rencontres. Un joyeux cortège en perspective, auquel tout le monde peut se joindre pour une étape ou plusieurs.

La Cavalcade de Modestine commence très bientôt !

La Cavalcade de Modestine


Vous connaissez l’attachement profond qui me lie au chemin de Stevenson. Si ce GR70 a rythmé mes vacances d’enfant à Chasseradès, c’est bien plus tard que je l’ai redécouvert, d’abord au rythme du marcheur, puis sur celui du coureur. A ce sujet, je recommande chaudement le Grand Trail de Stevenson qui a lieu chaque année en étapes, et qui permet de découvrir ce territoire dans une ambiance vraiment conviviale.

Pour revenir à la Cavalcade donc, je souhaitais vraiment prendre part à la fête sans toutefois disposer du temps suffisant pour suivre la caravane dans sa totalité. En trail, il suffit souvent de revenir aux racines de la discipline pour trouver inspiration et donc solution : pour courir, pas besoin de dossard, pas besoin de ravitaillements, pas besoin de balisage spécifique. Une paire de baskets, un GR et la promesse de belles émotions suffisent largement à prendre les chemins. Ça parait simple… et bien ça l’est ! Le format de la Cavalcade, je l’avais en tête depuis un moment en réalité : parcourir d’une traite le chemin, dans sa totalité et sans étape. Je remercie au passage mon ami Jacques Dunam, l’idée originale lui appartenant malgré trois tentatives interrompues. A ma connaissance, deux autres coureurs ont depuis tenté l’aventure : Grégoire Chevignard à l’été 2017 (parcours bouclé en 60h), et Gilles Campet en 2018 (interruption à Luc).

Le parcours de la Cavalcade, je l’ai souhaité au plus proche de ce qu’a pu voir l’écrivain. Il commence donc au Monastier-sur-Gazeille, où RL.Stevenson séjourna un mois avant de prendre le large, et se termine à St-Jean-du-Gard où il prit la diligence pour rejoindre Alès. L’autre élément important, c’est que ça se déroule à la même période qu’en 1878, c’est-à-dire aux premiers jours de l’automne. Tout un univers qui change, des jours qui raccourcissent sensiblement, un terrain qui devient plus gras, une végétation en habits orangés qui se met au repos, et aussi des lumières douces et enveloppantes. De belles promesses en perspective !

La Cavalcade de Modestine commence très bientôt !

Côté logistique de course, c’est simple là encore, il s’agit d’un off solo et sans assistance. Je partirai donc avec un peu plus de matériel qu’habituellement et quelques sous en poches pour manger ici ou là. Je gèrerai mon sommeil en autonomie, sous un arbre, dans une cabane ou au chaud si j’ai plus de chance au hasard du trajet. Départ le 3 octobre, l’objectif est d’arriver le vendredi 5 octobre pour rejoindre ainsi la caravane et partager l’aligot (vous m’en réserverez une marmite !). La durée du parcours étant très difficile à estimer  avec les variables météo et forme physique, je me donne 50 heures comme point de repère, conscient de toute l’incertitude que ça comporte.

La Cavalcade de Modestine commence très bientôt !

Enfin, je souhaite que cette Cavalcade soit dédiée à toutes les personnes qui ne peuvent pas ou plus se déplacer sur les chemins. Les disparus, les blessés, les malades, les absents, les compagnons d’échappée, les perdus de vue, les spectateurs d’un jour, les amis de toujours, ceux qui rêvent mais n’osent pas, la famille, et bien sûr… ma tribu ! Je vous serre et vous emporte tous pour me pousser à chaque pas un peu plus. Une ode à la mobilité, une grande chance dont je suis conscient et qui m’interdit de me plaindre quoi qu’il arrive.

Le jalon est maintenant posé, guettez les prochains posts ! Je partagerai notamment les quelques aides matérielles et logistiques qui supportent le projet, c’est toujours important. Une conclusion essentielle, que les coureurs négligent étonnamment, c’est qu’on peut rêver autrement qu’en s’inscrivant sur des épreuves prestigieuses et qu’en arborant un maillot finisher. Depuis 2013, j’ai pu l’expérimenter dans le Tour des Monts d’Aubrac, sur le voie Régordane ou encore la Grande Traversée du Jura, et ma besace est pleine de rencontres et de découvertes impérissables. Un parcours empli de sens, l’éveil des sens !

A très vite !


https://www.chemin-stevenson.org/
https://www.facebook.com/assostevenson.cevennes
https://www.3soleils-trail.fr/

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :