Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

C’est la rentrée, emplie de projets et de résolutions. Peut-être celle de t’inscrire dans le club d’athlétisme de ta ville, ou plus simplement de continuer à batifoler baskets aux pieds. C’est souvent l’occasion de s’équiper de neuf pour attaquer cette nouvelle saison de course à pied, je te propose donc de voir ce que ces nouvelles Rider 22 ont sous le capot.

 

Chez Mizuno, le modèle Rider traverse les âges en se bonifiant. Un peu comme le bon vin… Si on se penche quelques minutes dans le rétroviseur, on fait un bond en 1997 pour le premier millésime des Rider. Jette un œil sur la photo, tu retrouveras peut-être dans les vingt versions successives les chaussures qui ont accompagné tes débuts en course à pied. Quant à la création de la marque, il faut remonter bien plus loin, en 1906 lorsque Richachi Mizuno ouvrit une modeste échoppe à Osaka.

Matériel - La rentrée sportive avec les Mizuno Wave Rider 22Matériel - La rentrée sportive avec les Mizuno Wave Rider 22Matériel - La rentrée sportive avec les Mizuno Wave Rider 22

Pour ma part j’ai successivement usé les versions 15, 16 et 20 de ce modèle à foulée universelle. Les 18 et 19 m’avaient laissé un peu sur ma faim en terme de stabilité, plus rapides et moins « tout terrain ». J’étais alors voir du côté d’Adidas Boost, avec une durée de vie des chaussures bien moins longue il faut être clair. Les signaux qui disent que la chaussure est en fin de vie ? L’apparition de douleurs inconnues comme le mal de genoux.

 

Sur la version 22 des Rider, Mizuno ne déroute pas le coureur : la plaque Wave est toujours là pour une répartition efficace de l’onde au moment du choc, la semelle U4icX (à vos souhaits !) également pour le confort et l’amorti, le drop de 12 mm aussi pour l’aspect dynamique et propulsion vers l’avant. Sur le papier, de légères modifications promettent une meilleure absorption de l’impact et un meilleur amorti talon. Très franchement, j’ai du mal à voir une différence marquée, l’excellence est conservée et c’est bien là l’essentiel.

Matériel - La rentrée sportive avec les Mizuno Wave Rider 22Matériel - La rentrée sportive avec les Mizuno Wave Rider 22Matériel - La rentrée sportive avec les Mizuno Wave Rider 22

Passons maintenant au retour terrain. La Rider 22 est étonnamment polyvalente. Polyvalente d’une part en terme de surface : si elle se montre très à l’aise sur le bitume, elle n’a pas à rougir non plus sur les chemins forestiers ou les pistes. Ceci est dû à une bonne accroche de la semelle, qui autorise donc des sorties variées. Polyvalente par ailleurs en terme de vitesse : si elle est adaptée aux entraînements rythmés et aux séances de seuil, son confort la destine également aux sorties longues. Elle est donc à l’aise du 10 km au marathon, voire plus pour les forçats de la route.

 

En terme de confort, pour ceux qui ne connaissent pas la marque, ne cherchez pas chez Mizuno l’amorti moelleux et intégral d’Asics par exemple. Ici on sent réellement ce qui se passe sous l’avant du pied, ce qui favorise probablement la poussée et plus largement la proprioception. Un peu déroutant au début, ça devient très vite agréable, et sans aucun compromis sur l’amorti ni le dynamisme. Les articulations restent préservées. Ouf !

Matériel - La rentrée sportive avec les Mizuno Wave Rider 22Matériel - La rentrée sportive avec les Mizuno Wave Rider 22Matériel - La rentrée sportive avec les Mizuno Wave Rider 22

T’as le look Coco : la version 22 existe en bleu foncé et rouge pour les hommes, corail pour les femmes. Au fil des ans, les tons se renouvellent… et ça m’a permis de sortir de la spirale « jaune » que je traînais depuis 3 versions maintenant. Sauvé !

 

En guise de conclusion, mon expérience personnelle fait que la Mizuno Rider reste mon modèle phare sur route avec option pistes forestières. Et la version 22 confirme tout cela. Ses capacités à encaisser des séances plus ou moins longues et plus ou moins intenses n’y sont certainement pas étrangères. En effet, je pars bien souvent courir sans savoir ce qui m’attend, et je décide en chemin de monter dans les tours ou de prolonger. La seule idée d’en parler me donne irrésistiblement envie de gambader dans les sous-bois, alors chaussons vite nos baskets. Tu viens ?

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :