Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Samedi 27 octobre, c’est après un déjeuner un brin trop arrosé - la vodka en digestif n’y est sûrement pas étrangère - que je prends ma décision : cet après-midi, direction Sainte-Parize-le-Châtel dans la Nièvre pour une course nature de 7.5 km ! L’objectif est double. En premier lieu, c’est encourager l’association Sport Saint-Pa qui organise pour la première fois l’évènement. En second lieu, c’est évaluer où j’en suis côté vitesse après une année bien chargée en sorties longues aux tempos modérés.

 

Retour aux basiques sur les 7.5 km de la première édition de la ParizetteRetour aux basiques sur les 7.5 km de la première édition de la ParizetteRetour aux basiques sur les 7.5 km de la première édition de la Parizette

Tout ceci ne s’annonce donc pas facile et je sors clairement de ma zone de confort. Arrivé sur place, les moteurs qui rugissent sur le circuit de Magny-Cours donnent le ton… il va falloir pousser les chevaux dès le départ. Je reviens aux basiques que j’avais oublié depuis quelques temps : mettre quatre épingles sur un dossard, s’échauffer avant le coup de pistolet, faire des accélérations en ligne droite qui ne me rassurent pas vraiment.

Retour aux basiques sur les 7.5 km de la première édition de la Parizette
Retour aux basiques sur les 7.5 km de la première édition de la ParizetteRetour aux basiques sur les 7.5 km de la première édition de la ParizetteRetour aux basiques sur les 7.5 km de la première édition de la Parizette

Et puis vient le départ à 15 h. Evidemment, sur une telle distance, prendre des photos est trop chronophage car chaque seconde compte. Alors faites-moi confiance, le parcours est top, majoritairement dans les bois, avec ce qu’il faut de faux-plats montants et descendants pour que le moteur chauffe. Dès les premiers hectomètres je suis surpris des écarts qui s’installent et j’en fais part à mes rares voisins et voisines. Assez incroyablement les réflexes reviennent : surveiller les appuis, trouver le bon compromis de foulées entre longueur (aïe les muscles !) et fréquence (aïe le cardio !), jouer la corde dans les virages. Si je n’ai pas de montre pour me le confirmer, la sensation de vitesse est là. Dans la seconde moitié, la légère montée me permet décrocher un ou deux candidats et de confirmer ma place à l’arrivée : 11ème sur 108 participants en 35 min 23 s. J’aurais signé de suite une heure avant.

Retour aux basiques sur les 7.5 km de la première édition de la ParizetteRetour aux basiques sur les 7.5 km de la première édition de la ParizetteRetour aux basiques sur les 7.5 km de la première édition de la Parizette

L’organisation met les petits plats dans les grands à l’arrivée, avec un tirage au sort et de nombreux lots. Le maire du village est présent ainsi qu’Antoine De Wilde, l’athlète de haut niveau nivernais. Les primés se voient attribuer une caisse de légumes bio, une superbe idée qui remplace avec bonheur un énième t-shirt ou une médaille made in China. Dans cette ambiance conviviale, je fais connaissance d’Alain, qui me raconte son périple sur le John Muir Trail et de quelques autres têtes sympathiques. En résumé, un vrai bon moment de sport et de convivialité, un retour aux basiques qui ne fait pas de mal, une Parizette qui mérite d’être grande.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :