Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Il y a des matins comme ça, où tu as décidé tard la veille de mettre le museau dehors, où le fourmillement feutré des gouttes sur les carreaux accompagne ton réveil, où tu te dis que rester blotti sous la couette serait une option intéressante… Qui n’a pas déjà donné cette petite impulsion pour que tout aille mieux ensuite ? Appelle ça comme tu veux : la volonté, le bottage de fesses ou encore la déconnexion de cerveau. Tu es toujours là ? Alors je t’emmène danser sous la pluie, car après c’est sûr, le jour se lèvera.

Sur la Trace des Biches 50 kmSur la Trace des Biches 50 kmSur la Trace des Biches 50 km

Il est près de six heures du matin, je suis face à la mairie de Cérelles. Debout. Immobile. La bourgade du nord de Tours est encore plongée dans l’obscurité totale et je suis aujourd’hui le seul bipède sur la randonnée VTT « Sur la trace des biches ». Je pars donc en avance de phase. La pluie et le vent d’ouest ne me facilitent pas la tâche pour débusquer les premiers balisages. Heureusement, la trace GPS me rend bien service avant que je comprenne que ce sont des flèches au sol qu’il faut chercher et non pas des rubalises. Un bon test psychologique que cette première boucle à proximité du village, je me retrouve à longer l’A10 dans des ornières de terre glaise qui colle.

Sur la Trace des Biches 50 kmSur la Trace des Biches 50 kmSur la Trace des Biches 50 km

Et puis le miracle du lever du jour se produit. La pluie cesse, les oiseaux pépient, la faune s’étire… et moi aussi ! Le chemin devient joueur, de plaine en sous-bois, tantôt sablonneux tantôt couvert de feuilles mais jamais trop humide. De ruisseaux en moulins, de bâtisses bourgeoises en fermes agricoles, je m’immerge dans la quiétude de la campagne tourangelle. Et ça fait du bien.

Km 32, le blanc du barnum du ravitaillement est éclatant sous le soleil qui se dévoile. Aucun vététiste n’est encore passé, je suis le premier à passer ici, mais sans vélo évidemment. Cake, chocolat fruits font bien l’affaire. Peu après ça devient folklorique aux abords de Nouzilly : montée, descente, re-montée, re-descente, re-re-montée… Il faut avoir le cœur bien accroché. Le premier vélo me double peu après l’étang du village.

Sur la Trace des Biches 50 kmSur la Trace des Biches 50 kmSur la Trace des Biches 50 km

Les dix derniers kilomètres se font sur un tempo rythmé et tranquille, de larges chemins avec un peu plus de boue par endroit. Je suis content de voir par ci par là quelques rares cyclistes tout-de-même. C’est par hasard qu’on me hèle à quelques kilomètres de l’arrivée, mon ami Nico et son complices sont sur la fin de leur jog du dimanche, papoter un peu fait du bien. Et très vite voici l’arrivée au parc de la Bédouère, une charmante propriété où bon nombre d’animaux vivent une existence paisible.

Sur la Trace des Biches 50 kmSur la Trace des Biches 50 km
Sur la Trace des Biches 50 kmSur la Trace des Biches 50 km

Si les randonneurs et les cyclistes sont là, les cerfs, les daims et les biches aussi. La publicité n’était pas mensongère ! Après 50 km en 6 h, une savoureuse saucisse grillée accompagnée d’un Sainte-Maure et d’un verre de rosé ne se refusent pas à ce stade de la journée. Ça ouvre l’appétit pour le déjeuner qui approche. Au final, une belle découverte du coin, merci aux Randos Cérelloises pour cette belle organisation marche et VTT. Une vraie réussite.

 

Et pour participer aux prochaines éditions, jetez un œil ici :

http://lesrandoscerelloises.free.fr/

Tag(s) : #cerelles #trailrunning #courseapied #vtt

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :