Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La sonnerie de l’angélus, c’est une douce mélodie qui retentit trois fois par jour, une véritable ponctuation temporelle. On le remarque d’autant plus dans les campagnes, où il appelle au travail le matin, au déjeuner en milieu de journée puis au repos le soir. En réalité, son tintement annonce un temps de prière, on le voit bien dans le tableau de Jean-François Millet qui a immortalisé deux paysans immobiles ayant posé leurs outils en plein champ.

La traversée des causses du Quercy sur l'Angélus Trail 80 kmLa traversée des causses du Quercy sur l'Angélus Trail 80 kmLa traversée des causses du Quercy sur l'Angélus Trail 80 km

Après ce rappel important, revenons ensemble à des considérations plus sportives. Le principe de l’Angélus Trail donc, c’est de partir du sanctuaire de Rocamadour au petit jour pour rallier la cathédrale de Cahors avant l’angélus du soir. Et comme on a de la chance, ici il est sonné à dix-neuf heures, un peu plus tard que dans beaucoup d’autres régions. La feuille de route est donc claire : 80 km et 2000 m D+ à parcourir en moins de 12 heures. Ah j’oubliais, pour magnifier le côté convivial de l’évènement, il n’y aura pas de classement à l’arrivée, juste la satisfaction de l’avoir fait.

La traversée des causses du Quercy sur l'Angélus Trail 80 kmLa traversée des causses du Quercy sur l'Angélus Trail 80 kmLa traversée des causses du Quercy sur l'Angélus Trail 80 km

Arrivé l’avant-veille dans la ville de Cahors, je mets à profit ce temps pour flâner agréablement dans la cité lotoise et ses environs. Je passe ainsi d’un marché de producteurs au célèbre pont Valentré, du vignoble des causses à un marché de potiers, des ruelles pittoresques au match de rugby dans un pub avec une pinte (victoire de Montpellier sur Castres !). Tout respire l’Occitanie et son bon-vivre chantant. Je me replonge dans de bons souvenirs en croisant le chemin de quelques pèlerins en route vers Compostelle.

La traversée des causses du Quercy sur l'Angélus Trail 80 kmLa traversée des causses du Quercy sur l'Angélus Trail 80 kmLa traversée des causses du Quercy sur l'Angélus Trail 80 km

Dimanche 5 mai. Sur la pointe des pieds, je rejoins la navette qui démarre à cinq heures direction Rocamadour. J’y retrouve Jean-Luc et Virginie, puis je finis mon petit déjeuner et je m’endors. Stéphane est là à la descente du car. La demi-heure d’avant-course à Rocamadour est un cadeau à elle-seule : la cité religieuse est offerte à la centaine de coureurs que nous sommes, je passe ainsi silencieux de chapelle en chapelle dans un ambiance mystique et apaisante. La Vierge Noire veille sur nous et le curé nous souhaite bon chemin autour d’un café croissant dans la cour principale du sanctuaire.

 

Le carillon sonne sept heures lorsque la troupe s’élance dans les escaliers et les ruelles du village. Par je ne sais quel truchement, je me retrouve seul à l’avant-poste pour la descente et la première ascension de la journée. Erwan le poitevin me rejoindra bientôt pour quelques kilomètres, et ce n’est que plus tard que je réaliserai son palmarès (impressionnant !). Grosso modo, je vais découper volontairement la journée en deux parties bien distinctes.

La traversée des causses du Quercy sur l'Angélus Trail 80 kmLa traversée des causses du Quercy sur l'Angélus Trail 80 kmLa traversée des causses du Quercy sur l'Angélus Trail 80 km

Episode I : « Vive le sport ! »

 

Aujourd’hui, jusqu’au km 40, je renoue avec des sensations de course que je n’avais pas eues depuis bien longtemps. Ainsi les montées sont actives et souvent courues, le reste arpenté à bon rythme avec le souci de la meilleure trajectoire… un peu comme en formule 1, mais en moins vite. Tu as déjà eu ce ressenti grisant ? C’est bien lucide que je me dis que tant que ça tient, je continue. On verra bien si la machine surchauffe. Franck et tous les bénévoles sont présents et encourageants, et le ravitaillement du très beau moulin de Carlucet au km 13 est bienvenu.

La traversée des causses du Quercy sur l'Angélus Trail 80 kmLa traversée des causses du Quercy sur l'Angélus Trail 80 kmLa traversée des causses du Quercy sur l'Angélus Trail 80 km

Ça continue dans des parties assez roulantes cette fois, mais parfois au prix d’efforts supplémentaires pour se sortir des hautes herbes ou slalomer dans les pierriers secs des causses. Chevaux et brebis m’encouragent dans ma progression désormais solitaire. Je suis alors en 5ème position. Au km 29, voici le second ravitaillement au cœur d’un village où je rate de peu les saucisses pas encore assez cuites. Pas de problème, ce n’est que partie remise. Suit alors une portion assez facile et plutôt descendante pour les dix prochains kilomètres. De quoi courir encore et toujours, se faire plaisir tout en régulant l’allure. Prudence.

 

Km 39, ça remonte vers un ravitaillement léger au bord d’un lavoir. Tout est toujours au vert, et ici commencent les montagnes russes des causses. Et que je monte par ici, et que je redescends par là dans une succession qui se maintiendra jusqu’au bout de la journée. J’aime ces moments de solitude qui vident l’esprit de toute contrainte autre que courir. Encore et toujours. Km 50, Augusto m’encourage juste avant l’arrivée au ravitaillement qui marquera la fin de l’intensité pour aujourd’hui. 50 km en 5h30, premier contrat rempli, maintenant je tire le frein à main : micro-sieste, double crêpe à la confiture, saucisse grillée, tout y passe. Bizarrement plusieurs coureurs défilent en s’arrêtant à peine. Ils ne savent pas ce qu’ils perdent.

La traversée des causses du Quercy sur l'Angélus Trail 80 kmLa traversée des causses du Quercy sur l'Angélus Trail 80 kmLa traversée des causses du Quercy sur l'Angélus Trail 80 km

Episode II : « Vive le plaisir ! »

 

C’est donc dans un tout autre état d’esprit que je continue, plus relâché, m’arrêtant ici et là. Le trail plaisir par excellence. Le soleil m’accompagne dans cette promenade sur les causses et à leur pied. En haut, c’est sec, calcaire et piquant. Très méditerranéen. En bas c’est humide, frais et plein de mousses verdoyantes. Une petite Bretagne. Monter, descendre, remonter, redescendre… Un enchaînement ludique où il faut parfois tenir la main courante comme à l’arrivée à la Carderie. Il se murmure que cet ancien moulin à papier reconverti en boîte de nuit a vu bon nombre d’histoires sentimentales voir le jour dans la région, LA plaque tournante du samedi soir. Franck me l’a attesté, et au ravitaillement, il a même remis de la musique des 80’s à tue-tête pour se rappeler du bon vieux temps.

 

La traversée des causses du Quercy sur l'Angélus Trail 80 km

Km 60, encore deux bosses et on y verra plus clair. Une longue section longe le Lot autour d’Arcambal, j’y retrouve des randonneurs partis un peu avant l’horaire prévu, dont Mélanie qui fait du multi-activités aujourd’hui. Ça commence à papoter à droite et à gauche, un temps différent de la solitude du début de journée. A l’issue de la dernière ascension, l’ami Laure me rejoint à ma grande surprise, le hasard du chemin fait toujours bien les choses. Un coup d’œil panoramique sur Cahors depuis le mont St-Cyr, et la dévalade finale dans les escaliers irréguliers nous conduit vite au cœur de la cité, à la porte de la cathédrale Saint-Etienne.

La traversée des causses du Quercy sur l'Angélus Trail 80 kmLa traversée des causses du Quercy sur l'Angélus Trail 80 kmLa traversée des causses du Quercy sur l'Angélus Trail 80 km

80 km en 9h52 avec une 20ème place approximative… tout cela est à vue d’œil puisqu’il n’existe pas de classement officiel, aucune pression. Cette version de off encadré fait du bien. Aujourd’hui l’épreuve était belle, il m’aura juste manqué un peu plus de traversées de villages typiques comme celui de Vers, arrivé un peu tard dans la journée. Merci à vous tous que j’ai croisé ou retrouvé, Serge, Virginie, Erwan, Augusto, Jurgen, Jean-Luc, Stéphane, Nadine, Mélanie, Laure, Jean, Emilie, Pascal et Nathalie, Marie, Arnaud, Julien et Lolo, et vous tous qui étiez là. Le plus grand remerciement va vers Franck, tantôt GO, tantôt disk-jockey, tantôt supporter, toujours présent et bienveillant. L’épreuve que tu as inventée avec le prêtre Ronan tient la route, longue vie à l’Angélus !

La traversée des causses du Quercy sur l'Angélus Trail 80 kmLa traversée des causses du Quercy sur l'Angélus Trail 80 kmLa traversée des causses du Quercy sur l'Angélus Trail 80 km

Assez parlé de la course, car je ne saurais m’en contenter pour décrire l’ambiance de l’évènement. Jugez plutôt. La remise des médailles, ou plus exactement des sportelles, se fait dans la cathédrale avec bénédiction des vaillants coureurs du jour. Mais c’est quoi une sportelle au juste ? Et bien c’est comme le Port-Salut, c’est marqué dessus : « sigillum : beatea Mariae de Rocamador », littéralement « sceau de la bienheureuse Marie de Rocamadour ». Dans les temps lointains, cette médaille discrète servait de laisser-passer aux pèlerins.

Et comme ça ne suffit pas, tout le monde se retrouve ensuite à proximité du cloitre pour un repas digne des banquets d’Astérix : des produits locaux en veux-tu en voilà, de la bonne humeur et l’émotion perceptible de l’équipe au complet, organisateurs et bénévoles. Agneau planché, pain artisanal, fromage Rocamadour, tarte aux noix d’anthologie, assiettes en porcelaine. Le top de l’accueil. Quand tu demandes à Franck comment il arrive à proposer des prix aussi ridicules (20 € le dossard, certains devraient en prendre de la graine), il te répond qu’il ne demande rien aux institutions. Sans subvention donc, les bénévoles comme les partenaires s’impliquent spontanément, chacun à la hauteur de ses moyens. Le business model de la générosité, l’amour de son prochain revisité en version sportive !

 

Sur cette note optimiste, tu seras peut-être convaincu de venir en 2020 sur cette épreuve atypique. Et si tu ne l’as pas notée, je serai toujours là pour te poser la question… Tu viens ?

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :