Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ils se font discrets, ces petits traits de couleurs sur les arbres et les rochers. Si je jubile en les croisant au hasard d'un centre ville, je sais aussi combien ils sont précieux à celui qui cherche son chemin en forêt. Ils fédèrent ainsi toutes les mobilités douces, celles du randonneur, du trailer, du cycliste et du cavalier. La philosophie du voyage dans une boîte de crayons de couleurs !

Montre-moi ton balisage, je te dirai qui tu es.Montre-moi ton balisage, je te dirai qui tu es.

Mais dis-moi, connais-tu les principaux balisages ?

Le plus fameux est sans doute le blanc et rouge, créé en 1947, celui du GR ou chemin de Grande Randonnée. Il en existe une multitude aux profils très variés : le GR1 tourne par exemple autour de Paris tandis que le GR10 traverse l'intégralité des Pyrénées.

On trouve également les GR de Pays en rouge et jaune. Ils parcourent chacun un seul territoire, généralement un peu plus courts que les premiers et toujours sous forme de boucle. On trouve par exemple le Tour du Tanargue en Ardèche ou le GR de Pays de Valençay en région Centre.

Encore un peu plus courts, ce sont les chemins de Petite Randonnée ou PR. Leur balisage jaune annonce des promenades à la demi-journée ou à la journée, parfaites pour découvrir une vallée, un côteau ou un village.

Montre-moi ton balisage, je te dirai qui tu es.Montre-moi ton balisage, je te dirai qui tu es.

Enfin on trouve ici et là une multitude de balisages spécifiques aux mobilités douces :
- la coquille jaune sur fond bleu du chemin de Compostelle souvent remplacée par un balisage plus classique bleu et jaune, le blason jaune et rouge du chemin Urbain V, la crosse et l'étoile du chemin de St-Guilhem, le pèlerin du chemin d'Assise...
- se renseigner pour l'étranger... exemple Suisse : le losange jaune,

- carrés blancs avec de petites flèches surmontées d'un numéro pour les VTT,
- raquettes pour les promenades hivernales,

- balisage orange pour les parcours équestres,
- etc...

Montre-moi ton balisage, je te dirai qui tu es.Montre-moi ton balisage, je te dirai qui tu es.

Les bons samaritains

Il m'a toujours semblé magique de trouver des marques en couleurs au coeur des forêts comme sur les lignes de crêtes. De quoi se questionner légitimement sur leur existence... Qui sont donc ces bons samaritains qui entretiennent ces signaux silencieux et permettent au promeneur de poursuivre sereinement son effort ? Et bien c'est une armada de près de 8000 bénévoles qui assurent en permanence le débroussaillage et le balisage, sous la coordination de la Fédération Française de Randonnée Pédestre. Pour en avoir croisé quelques-uns en pleine action au hasard des kilomètres, ils suivent une procédure précise indiquant forme, couleur et positionnement de leurs réalisations. En véritables gardiens de phares terrestres, ils jouent non pas de la lanterne mais plutôt du pinceau et de la pancarte !

Montre-moi ton balisage, je te dirai qui tu es.Montre-moi ton balisage, je te dirai qui tu es.

Erreurs de parcours et sorties de pistes

Avec tout ceci, les mobilités douces sont faciles à mettre en oeuvre, d'autant que bon nombre de sites proposent maintenant des traces GPS. Le randonneur qui se trompe une fois ouvre généralement les yeux plus grands pour la suite, on l'a tous vécu en pestant parfois de devoir remonter une pente raide.

Attention tout-de-même, pour les avoir vécus, il existe en orientation deux risques majeurs d'erreur :
- la croisée de plusieurs chemins balisés de la même façon, il faut alors sortir les antisèches pour ne pas s'engager dans la mauvaise direction (boussole et carte ou GPS),
- l'utilisation d'une trace GPS trop ancienne, car les chemins bougent avec le temps pour laisser la faune se réapprorier certaines zones ou encore éviter des endroits devenus dangereux. S'en remettre alors au balisage physique.

Personnellement, que ce soit en randonnée ou en trail off, je privilégie toujours la lecture du balisage physique... l'oeil aiguisé du randonneur est le meilleur outil ! Néanmoins, j'emporte toujours avec moi quelques papiers où j'ai noté les points pouvant prêter à confusion, et une trace GPS de secours chargée dans le smartphone que j'utilise finalement rarement.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :