Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Dans ce contexte de courses annulées à tous les coins de chemins, le Off de Ouf montre plus que jamais que le trail est une affaire de découverte et de partage, au moins tout autant que des préoccupations de chronomètres et de classements.

Ce début octobre est l'occasion d'un beau trail automnal, où la météo pas toujours facile dévoile souvent les belles couleurs de la végétation et les lumières aussi fugitives que splendides. Aussi j'ai invité les copains et ils ont répondu présents pour mon plus grand plaisir. Comme d'habitude, il y a des coureurs que je connais bien et d'autres qui se manifestent sur les réseaux pour faire un bout de chemin ensemble. Tous ont bien compris l'esprit du Off de Ouf : courir ensemble, être solidaires, partager et s'enrichir mutuellement. Ici tu es acteur de ton trail et c'est toi qui le construis. Pas de champion du monde, pas de complexe non plus... ici vous êtes tous mes héros ! Au programme : du sport, du partage, du patrimoine et de la gastronomie.

Quelques mots sur le tracé du chemin de St-Guilhem : il s'agit de naviguer dans les pas de Guillaume d'Orange, alias St-Guilhem, preux chevalier de l'empereur Charlemagne. Tout commence par une grande traversée de l'Aubrac, puis se poursuit par un beau jeu de saute-moutons de causse et causse (Sauveterre, Méjean, Blandas, Larzac), et la fin se situe à St-Guilhem-le-Désert après être passé par le Cirque de Navacelles. Le tracé choisi est celui de la variante des Gorgres du Tarn et de la Jonte après La Canourgue. 250 km théoriques d'un bout à l'autre.

Le Off de Ouf sur le chemin de St-Guilhem - 180 km de bonheurLe Off de Ouf sur le chemin de St-Guilhem - 180 km de bonheurLe Off de Ouf sur le chemin de St-Guilhem - 180 km de bonheur

Mercredi 30 septembre

Nous nous retrouvons avec les copains à Aumont-Aubrac. Sont présents dans cette belle équipe de départ Vincent, David, Fabrice, Basile, André, Martine alias Titine et Georges alias Jo. Le gîte Chemin Faisant tenu par la très sympathique Annie est un camp de base idéal au centre du village. Nous soudons le groupe autour de quelques bières locales (l'Antidote et la Flagrant Désir...) et quelques birlous aussi ! L'excellent repas de chez Punières nous réconforte pour attaquer la suite.

Le Off de Ouf sur le chemin de St-Guilhem - 180 km de bonheurLe Off de Ouf sur le chemin de St-Guilhem - 180 km de bonheurLe Off de Ouf sur le chemin de St-Guilhem - 180 km de bonheur

Jeudi 1er octobre

A 5h45, tout ce petit monde s'agite, chargeant le camping-car de Jo et la voiture de Titine des sacs de délestage. Nous les retrouverons tous les 10 à 20 km ce qui est un grand luxe compte tenu de la saison. On se retrouve en face de la mairie au départ officiel du chemin pour un rapide briefing. Annie est venue elle-aussi.

Il est six heures lorsqu'on part à l'abordage du plateau de l'Aubrac ! La navigation est facile car on suit le GR65 pour cette première partie, on retrouvera d'ailleurs quelques pèlerins de Compostelle. Les larges pistes permettent une mise en train progressive sans grande difficulté. Premier arrêt à Lasbros pour une boisson chaude (salut discret au gîte Chez Marie encore endormi). Les premiers rayons du soleil teintent le ciel de rose. On ne tarde pas à lâcher complètement les arbres pour courir dans les grandes étendues si caractéristiques de l'Aubrac, seulement ponctuées de gros blocs de granits et de quelques vaches paisibles.

Le Off de Ouf sur le chemin de St-Guilhem - 180 km de bonheurLe Off de Ouf sur le chemin de St-Guilhem - 180 km de bonheur

A Finieyrols nous croisons un couple suisse qui marche depuis deux mois. Quelle chance. On commence à voir les hameaux s'agiter, ici un paysan qui rend visite à ses troupeaux, là un engin qui dame le chemin. Il est 10h30 lorqu'on atteint Nasbinals pour un accueil hors catégorie au km 27. L'Office de Tourisme nous a préparé un buffet local qui nous enchante : viennoiseries et fouace de chez Chassang, saucisse sèche de chez Souchon (phrase à répéter 3 fois, un excellent exercice de diction !). Nous discutons du chemin de St-Guilhem, de l'exposition Phot'Aubrac qui a permis d'acceuillir 20 000 visiteurs la semaine précédente, et des actualités des lieux. Un chouette moment bien dans l'esprit du Off de Ouf.

Lorsque nous repartons, le brouillard et la pluie s'invitent au-dessus de la station du Fer à Cheval et l'ambiance écossaise s'installe dans la bruyère omniprésente. Nous ne verrons pas le Puy de Gudette tout proche et c'est dans notre coquille que nous entrons en Aveyron. Nous gagnons la Maison de l'Aubrac au km 35. On apprécie le moment de pause autour d'une soupe blanche dont le chef Sébastien Bras a conconté la recette. Un délice ! L'espace visite, au sous-sol, mi-artisanal mi-numérique, est également surprenant. Merci à Nathalie et son équipe pour l'accueil.

Le Off de Ouf sur le chemin de St-Guilhem - 180 km de bonheurLe Off de Ouf sur le chemin de St-Guilhem - 180 km de bonheur

Nous reprenons le chemin pour dévaler vers St-Chély d'Aubrac. Bien que mouillées les pierres ne glissent pas trop car le temps était sec les jours précédents. C'est bien simple, on ne marche jamais dans les flaques ni dans la boue, le sol draine bien l'eau qui tombe. A St-Chély, Sylvie et son mari nous saluent à notre passage au gîte St-André et nous retrouvons les sourires de Titine et Jo au-dessus du célèbre Pont des Pèlerins. Arrêt buffet pour attaquer la remontée sur le plateau par Les Enfrux puis la longue voie romaine, la Via Agrippa, entre forêts et tourbières. On commence à sentir les kilomètres mais le moral de la petite troupe est au beau fixe.

Km 54, c'est au Roc de Campiels que Vincent décide de quitter le cortège plus tôt que prévu... Il faut dire qu'un heureux évènement a entamé ses nuits depuis deux semaines, la fatigue est là. Merci pour ta compagnie et ta fidélité, et à très vite.

A la croix de la Rode, on repasse en Lozère au terme d'une longue partie bitumée. On laisse le Mailhebiau sur notre droite pour gagner le célèbre buron des Rajas, Denise sa gentille propriétaire nous encourage dans notre périple. La nuit n'est pas encore tombée lorsque nous arrivons aux Relais des Lacs de Bonnecombe. Toni et Clément rejoignent notre cortège, et Jo est à nos petits soins. On prend notre temps pour ce dernier repas avant la nuit, il fait bon ici. On s'équipe tous d'une lampe qu'on allume dès qu'on repart car la forêt est dense. La draille du GR60 bascule peu à peu vers la vallée où coule le Lot. Nous faisons plusieurs arrêts lampes éteintes pour écouter les cerfs brâmer, un beau concerto un peu effroyable mais ô combien fascinant. Basile a perdu son téléphone et parvient à le retrouver en revenant sur ses pas... un petit miracle. Ca descend fort et longtemps jusqu'à St-Germain-du-Teil, on remet du rythme en faisant attention de modérer quand même notre allure.

Le Off de Ouf sur le chemin de St-Guilhem - 180 km de bonheurLe Off de Ouf sur le chemin de St-Guilhem - 180 km de bonheurLe Off de Ouf sur le chemin de St-Guilhem - 180 km de bonheur

Vendredi 2 octobre

La place du village est endormie à notre passage. Km 77, il est minuit. Et nous on met de l'ambiance avec nos deux assistants toujours au top ! André nous quitte à regret (les siens et les nôtres !) car il habite non loin d'ici et qu'il est attendu. Mais lis bien jusqu'au bout car on le reverra... La portion qui suit est un peu moins glamour car il faut descendre encore un peu, puis franchir l'A75 et remonter une longue allée de Banassac à La Canourgue. Il faut dire qu'on commence à être bien usés aussi. On salue Toni et Clément qui nous ont fait le plaisir d'être là, un bel esprit pour ces deux jeunes champions. On se dit à bientôt forcément.

La Canourgue, le coeur de la nuit. On dégotte un abribus fermé et on décide de déplier matelas et duvets pour dormir une heure. On en a bien besoin. Le réveil est aussi l'occasion d'un "conseil de guerre" car toutes les météos numériques nous annoncent des conditions difficiles dans les gorges et très difficiles sur l'Aigoual (ressenti -2°C avec vent à 70 km/h et pluie mêlée de neige). Ce n'est pas à proprement parler un épisode cévenol, mais une météo bien âpre. On est Oufs mais on n'est pas invincibles aussi je prends la décision de neuraliser la partie Les Vignes - Le Vigan (soit quelques 70 km tout-de-même) pour ne pas nous mettre en danger. On est tous alignés sur cela, risquer l'hypothermie dans des parties reculées et nocturnes ne serait pas raisonnable.

Le Off de Ouf sur le chemin de St-Guilhem - 180 km de bonheurLe Off de Ouf sur le chemin de St-Guilhem - 180 km de bonheurLe Off de Ouf sur le chemin de St-Guilhem - 180 km de bonheur

On repart donc avec un nouveau plan de navigation. L'ascension du Causse de Sauveterre est très régulière, et le plateau pas si plat. Je dois avouer qu'une partie de ces quelques heures reste floue, la fatigue a fait son travail. Néanmoins le groupe reste soudé, et on fête au passage le premier 100 km de Fabrice. Bravo c'est toujours un plaisir d'aller voir au-delà de ce qu'on connaît... A la Baraque de Trémolet, Fabrice et David font une pause dans les véhicules et on continue seuls avec Basile sur les chemins nocturnes. C'est aussi ça le Off de Ouf, un trail à la carte. On passe de jolies fontaines et ça se rafraichit à l'approche des Gorges du Tarn. Le Point Sublime de nuit était presque sublime car on entrevoyait la silhouette abyssale des gorges. Le jour se lève lorsqu'on vadrouille sur la crête pour aller chercher la grande descente. Et quelle belle descente, pas glissante pour deux sous, que du monotrace étroit avec en bonus un shampoing glacé à chaque fois que tu frôles un arbuste. Ca tient en éveil au moins ! On met du rythme avec quelques arrêts photos, et c'est aux alentours de 9 heures qu'on arrive dans la bourgade des Vignes, au bord de l'eau.

Km 120, on attaque ici la partie neutralisée du parcours. On réveille tout le petit monde qui dort dans les voitures, et on s'enfile dans le premier bar venu - le seul ouvert en fait - pour se mettre au chaud et se changer. Il faudra du temps pour dérider un peu la patronne à l'accueil très abrupt, on en aura souri.

Le Off de Ouf sur le chemin de St-Guilhem - 180 km de bonheurLe Off de Ouf sur le chemin de St-Guilhem - 180 km de bonheurLe Off de Ouf sur le chemin de St-Guilhem - 180 km de bonheur

Cette parenthèse non sportive commence donc par la visite de la Ferme Caussenarde à Hyelzas. Ce très beau village perché sur le Causse Méjean surplombe les gorges de la Jonte. Ici des tas de vautours majestueux font des ronds au-dessus de nos têtes, nos mollets de trailers doivent leur sembler appétissants ! Hélène nous accueille pour la visite de cette ferme qui a hébergé plusieurs générations de sa famille, et qui est aujourd'hui un témoignage de la vie des Causses. Dans cette bâtisse en pierres sèches, on est loin des musées poussiéreux - je les redoute un peu - mais bien dans la transmission d'un patrimoine encore vivant. On apprend beaucoup de choses sur l'ingéniosité et l'art de vivre des anciens : la bergerie, la cuisine, les chambres, l'eau, la vie d'une famille... autant de thèmes à explorer, je vous recommande chaudement d'y venir, et en plus il y a un tarif randonneur.

Nous poursuivons à quelques centaines de mètres par une belle dégustation et quelques emplettes au Fédou, la fromagerie du village. Déclinaisons gourmandes au lait de brebis, on est au chaud alors que les averses s'enchainent dehors. On a fait le bon choix en neutralisant cette partie car c'est parti pour durer, et durant le transfert on a une petite idée de ce qui se prépare sur le mont Aigoual : brouillard, pluie et température en chute libre.

Le Off de Ouf sur le chemin de St-Guilhem - 180 km de bonheurLe Off de Ouf sur le chemin de St-Guilhem - 180 km de bonheurLe Off de Ouf sur le chemin de St-Guilhem - 180 km de bonheur

Une bonne heure plus tard, nous entrons au Vigan dans nos deux véhicules d'assistance donc. Jean-Marie, le président des amis du chemin de St-Guilhem, nous y attend et nous ouvre grand les portes du local de l'association. Nous y posons notre camp de base pour quelques heures après avoir salué Jo qui, comme prévu, quitte ici l'aventure pour retrouver sa famille. Grand merci Jo pour tout ton support inégalable ! Titine va maintenant assurer seule la suite, formée à la bonne école. On commence par deux heures de sieste histoire de reprendre des forces avant de repartir au pas de course. Puis nous retrouvons à 21 h quatre membres de l'association, avec nous ça fait neuf, pour un repas au restaurant La Grillade. Quelle hospitalité de la part de Pierre-Louis ! Des gamelles de pâtes, des tartes maison, des sourires et des discussions enrichissantes pour tous. J'aime quand le monde de la randonnée, du trail et de la gastronomie se croisent dans ces instants éphémères et précieux, ça doit un peu être dans mon ADN !

Le Off de Ouf sur le chemin de St-Guilhem - 180 km de bonheurLe Off de Ouf sur le chemin de St-Guilhem - 180 km de bonheurLe Off de Ouf sur le chemin de St-Guilhem - 180 km de bonheur

Samedi 3 octobre

A minuit pétantes, après une seconde sieste plus courte, nous sommes 4 trailers frais comme des gardons pour repartir dans la nuit du Vigan. Il ne pleut plus, on entrevoit même quelques étoiles fugitives. Le chemin sort de la ville en longeant l'Arre et quelques chutes d'eau bruyantes dont on s'éloigne assez vite en attaquant la montée. On sent que les pluies récentes ont ruisselé et abîmé les chemins sur ce flanc du Causse de Blandas. A pied ça passe mais en VTT ce doit être une autre paire de manches. Arrivés en haut, un petit air frais nous suprend et nous maintient dans une activité constante. C'est très roulant... Mondardier....Blandas... on retrouve Titine à la Maison du Cirque de Navacelles pour un ravitaillement 4 étoiles, on s'y arrête un bon moment.

Le Off de Ouf sur le chemin de St-Guilhem - 180 km de bonheurLe Off de Ouf sur le chemin de St-Guilhem - 180 km de bonheurLe Off de Ouf sur le chemin de St-Guilhem - 180 km de bonheur

La nuit nous laisse entrevoir le volume du Cirque de Navacelles qui s'étend sous nos pieds et des gorges de la Vis en amont et en aval. Superbe. Et dire qu'on plonge tout au fond ! Après moultes discussions sur le tracé (on comprendra finalement qu'il y a 2 variantes, l'une engagée et l'autre plus prudente), Basile et David se mettent d'accord et nous attaquons donc la dégringolade sur l'agréable chemin des muletiers. Des zigs et des zags à profusion dans le calcaire instable et sonore. Vraiment chouette même s'il nous faudra revenir voir ça en plein jour évidemment. La traversée du pont tout en bas annonce un passage sur un monotrace en balcon où il faut rester vigilant. On ne se rend pas bien compte de sa hauteur, on tombe même nez-à-nez avec une carcasse de voiture qui a dégringolé dans le trou ! Ouaouh. Plus loin le chemin s'aplanit et suit  pendant quelques kilomètres une conduite d'eau. L'eau y est claire... et froide. Nous l'abandonnons pour amorcer l'ascension sur la pointe sud du Causse du Larzac. Le jour se lève doucement, nos regards émerveillés découvrent la verdure de la végétation, le blanc du calcaire, le rose du ciel... tout un poème. Et voici St-Maurice-de-Navacelles, il est 8 heures environ. Nous y retrouvons Titine tout sourire et aussi Cécile et Diégo qui se joignent à nous pour le final. Et tu sais quoi, ils ont apporté les croissants. Youpi !

Le Off de Ouf sur le chemin de St-Guilhem - 180 km de bonheurLe Off de Ouf sur le chemin de St-Guilhem - 180 km de bonheurLe Off de Ouf sur le chemin de St-Guilhem - 180 km de bonheur

Pour les 25 derniers kilomètres tout cela redonne de l'énergie au petit groupe des 6 coureurs. que nous sommes. Le soleil daigne se montrer même si les nuages chargés stagnent sur Blandas juste au nord. On va aller plus vite qu'eux voilà tout ! Après avoir un peu jardiné pour retrouver le bon chemin, on entre dans la garrigue et ses senteurs caractéristiques. Le vallon des Natges est la porte d'entrée dans le massif de la Séranne. Et quelle vue de là-haut : le Roc Blanc, le Pic Saint-Loup, l'Hortus, le mont St-Clair et toute la Méditerrannée qui scintille au fond. De quoi réaliser qu'on vient de loin... Un peu plus loin, heureuse surprise même si on en avait eu la confirmation quelques heures avant, André qui était avec nous l'avant-veille, nous rejoint pour le final de folie ! Et de 7 coureurs sur le tapis.

Après les Lavagnes un peu rectilignes, l'arrivée au cap du Ginestet est fantastique, on bascule illico dans la végétation méditerranéenne avec le romarin, le thym et d'élégants pins de Salzmann qui se courbent pour nous laisser passer. Ca alors ! On surpomble la vallée de la Buège qu'on laisse à main gauche et on dégringole dans une vallée intimiste vers l'Ermitage Notre-Dame du Lieu Plaisant (le nom parle de lui-même). Encore une petite vingtaine de minutes, on lâche tous les chevaux avec les degrés qui montent, on aperçoit le mont St-Baudille, le Cirque de l'Infernet, et au dernier moment le clocher de l'Abbaye de Gellone. On arrive les amis !

Le Off de Ouf sur le chemin de St-Guilhem - 180 km de bonheur

Titine et les familles sont là pour nous accueillir avec émotion sous le platane central de St-Guilhem-le-Désert. On a vécu tellement de choses ensemble ces trois derniers jours, 180 km tout-de-même. La présence de ma maman, mes oncle et tante et mon cousin Lionel (grand speaker sportif au demeurant) me réchauffe le coeur. Et vous toutes et tous aussi, vous êtes vraiment des Oufs !

Dernier acte, tous attablés sur la place pour un verre festif, puis  déambulants pour la visite de l'Abbaye et de son cloître (où certains commencent à bailler, la fatigue est tout-de-même là). Merci Aude-Lise, c'était très instructif et parfait. On finit par un agréable moment dans le patio de la brasserie Lasàrde, où Jean-Marie et l'association nous ont rejoints : cérémonie de remise des bières finishers et des écussons du chemin ! La boucle est bouclée, on a tous vécus une belle aventure je crois, sportive certes mais humaine par-dessus tout.  Pourtant un peu oublié par les temps qui courrent, le mot Fraternité reprend ici tout son sens. Une bonne nuit au gite de La Tour me permettra même de tomber nez-à-nez avec Marie_Jeanne, alpiniste et coureuse émérite.

Le Off de Ouf sur le chemin de St-Guilhem - 180 km de bonheurLe Off de Ouf sur le chemin de St-Guilhem - 180 km de bonheurLe Off de Ouf sur le chemin de St-Guilhem - 180 km de bonheur

Le temps des remerciements...

Tout d'abord un énorme merci aux Oufs qui ont répondu présents : Titine et Jo pour leur assistance tout terrain et tout confort, Basile l'orienteur hors pair, David le traceur à l'azimut, Fabrice qui est allé au-delà de ce qu'il connaissait, Vincent le fidèle depuis le début, André plus vaillant que nous tous, Toni le costaud de l'Aveyron, Clément le champion de Lozère, Cécile l'infatigable et Diégo le Speedy Gonzalès du Clapas.

Merci également à tous ceux qui nous ont supporté dans cette folle aventure (je vais forcément en oublier) : tous les amis du chemin de St-Guilhem avec Jean-Marie à leur tête, le restaurant Prunières, Annie du gite Chemin Faisant à Aumont-Aubrac, Myriam du gite Chez Marie à Lasbros, Sylvie du gite St-André à St-Chély d'Aubrac, le gite de la Tour à St-Guilhem-le-Désert, La Malle Postale pour le transport retour, les Offices de Tourisme de Nasbinals avec Nathalie et de St-Guihem-le-Désert avec Antonnella et Aude-Lise, Nathalie à la Maison de l'Aubrac, Jean-Baptiste pour les fromages Jeune Montagne à Laguiole, Florence pour les fromages Le Fédou à Hyelzas, Hélène pour la Ferme Caussenarde à Hyelzas, Carole pour la Brasserie d'Olt, Thomas pour les Brasseurs de la Jonte et Emilie pour la brasserie Lasàrde,  Pierre-Louis au restaurant La Grillade du Vigan... vous pouvez tous aller leur rendre visite les yeux fermés, l'accueil et les produits sont au top... Enfin un énorme et infini merci à ma tribu qui me donne l'occasion d'aller faire le zouave dans les montagnes !


Ce concept du Off de Ouf nous responsabilise dans notre pratique du trail, et nous fait tous grandir à bien des égards. Alors j'attends ta réponse lorsque la prochaine fois je lancerai un "tu viens ?" sur un coin de la toile !

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :