Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Il y a 4 ans déjà, je prenais part à la première édition du Raidnight41, un concept innovant, ludique… unique ! J’y reviens donc avec plaisir, tu connais mon goût pour les courses nocturnes et les ambiances originales.

 

Soulignons tout d’abord que, pour cette édition, l’organisation a su s’adapter aux contraintes sanitaires du moment moyennant un petit lifting de surface. Si tout se passe en extérieur pour répondre aux directives préfectorales, elle propose néanmoins une collation avant la course et un bon repas d’arrivée. Vu du coureur, tout est bien pensé et fluide : transfert Naveil - La-Ville-aux-Clercs en bus, braseros pour rester au chaud, consigne pour les sacs, borne à selfie pour immortaliser l’exploit. Comme sur des roulettes ! Le parcours a été retravaillé avec une nouvelle arrivée à Naveil, et des boucles optionnelles modifiées. Cela donne une distance entre 23 km et 41 km selon si on prend le tracé direct ou les 4 boucles optionnelles donnant lieu à un bonus en temps. Tu me suis ?

 

De mon côté, c’est l’occasion de voir où j’en suis en ce début d’année malgré la fatigue latente des dernières semaines. Une météo hivernale quasi-parfaite, pas de vent, sol sec. Quasi parfaite pour… courir vite, et ça je l’avais un peu oublié !

Avant le départ, les braseros permettent de se préparer tranquillement en encourageant les duos du caniraidnight. Quelques personnalités locales sont présentes sur la course, comme Nathalie Mauclair en voisine sarthoise ou Ludovic Chorgnon à peine descendu de l’avion.

19h30 c’est déjà l’heure des choses sérieuses. 500 frontales créent un beau ruban lumineux qui transperce les feux d’artifice. Y’a pas à dire, ça part fort. Pendant un peu plus de deux heures, je trotte à bon rythme. Tantôt je prends du plaisir dans les descentes dans les bois, tantôt je courbe l’échine dans les faux-plats à découvert. Musculairement tout est ok, côté capacité pulmonaire en revanche, le souffle est trop court. Je fais avec.

 

En chemin, il m’est difficile de m’alimenter avec une moyenne de plus de 11 km/h pendant 2h30. Je réalise qu’en fait, je ne cours jamais longtemps dans cette intensité. Km 26 donc, coup de théâtre, je bascule en moonwalk, la tête et le corps se mettent vite d’accord pour continuer sur un mode promenade. Je bavarde avec les bénévoles, j’encourage les coureurs à la souffrance. Bref ma fatigue a raison de moi, avec une belle chute au passage.
 

Je zappe même la dernière boucle optionnelle pour finir les 35 km en 3h47. 202ème sur 504, pas ridicule mais loin d’être glorieux.

Raidnight41, 35 km à la sensation dans le Loir-et-Cher

Ce que j’ai aimé
- L’organisation fluide malgré les contraintes sanitaires,
- Le côté ludique des quatre boucles optionnelles,
- Le parcours varié.

Ce que j’ai moins aimé
- Ne plus voir le vieux Vendôme comme c’était le cas sur les éditions précédentes.

Si tu cherches une course nocturne avec des effets pyrotechniques dignes des Templiers et des rubans de frontales comme à la Saintélyon, viens donc faire un tour dans le Loir-et-Cher, ces gens-là ne font pas d’manière !

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :